Dieu existe, ils l'ont rencontré !

Comprendre la pentecôte

25 mai 2021

Marc

La Pentecôte est l’une des sept fêtes de l’Éternel que les Juifs pieux devaient célébrer  :
 
1) La fête de Pâque, le premier mois de l’année juive  : elle montre la libération que Dieu accomplit pour nous  ! 
2)La fête des pains sans levain durant la semaine qui suivait, le levain signe du péché. 
3)La fête des Prémices au commencement de la moisson des orges.
4)La fête de Pentecôte ou Chavouot, cinquante jours après Pâque  : elle montre la bénédiction de Dieu sur nos vies  !
5)La fête des trompettes, le premier jour du septième mois.
6)La fête des expiations, le dixième jour du septième mois (ce qu’on appelle Yon Kippour)  : elle montre notre humiliation devant la sainteté de Dieu  !
7)La fête des tabernacles, le quinzième jour du septième mois  : elle montre que nous sommes étrangers sur cette terre  ! 
 
Les quatre premières fêtes avaient donc lieu au printemps, les trois dernières à l’automne. 
 
La fête de la Pentecôte avait lieu au moment de la moisson, on l’appelle donc aussi la fête des moissons. On lisait à cette occasion le livre de Ruth qui lui aussi évoque la moisson, car il nous est dit que Noémie et Ruth sont revenues à Bethléem au commencement de la moisson des orges (Ruth 1.22). L’histoire de Ruth est celle d’une femme païenne qui entre dans l’alliance et qui devient féconde pour l’avancement du royaume de Dieu  : c’est un signe que le salut est ouvert aussi aux païens.  
 
La Pentecôte a également une autre signification, car cette date correspond à la date du jour où Moïse a reçu de la part de Dieu les tables de la loi, sur le Mont Sinaï. 
 
Que s'est-il passé le jour de la pentecôte ?
 
Reprenons le texte des Actes 1 et examinons ensemble le déroulement de ces journées  : 
 
Rappelons-nous d’abord l’échange entre Jésus et Pierre sur le bord du lac, tel qu’il nous est rapporté par le chapitre 21 de l’Évangile de Jean  : Pierre a bien trahi son maitre, mais Jésus l’a restauré réaffirmant la confiance qu’il avait en lui. Il l’a fait avec beaucoup de délicatesse, autour d’un repas, signe d’une alliance renouvelée entre Pierre et Jésus. 
 
Jésus est ressuscité, il est apparu à ses disciples, puis il est monté au ciel. Cependant, il leur a laissé cette phrase extraordinaire  :  «  Vous recevrez une puissance, le Saint Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie et jusqu’au extrémités de la terre  ». Une promesse pleine d’espérance pour ces hommes et ces femmes, qui avaient vécu douloureusement la mort de Jésus, et qui étaient démunis face à un avenir sans Jésus. 
Ils retournent donc à Jérusalem comme Jésus le leur a demandé et se réunissent, les disciples ainsi que les femmes qui avaient accompagné Jésus durant son ministère terrestre.
Ils se consacrent à la prière. Un bel exemple pour nous, l’unité et la prière, ce sont des actions que nous devons rechercher et préserver au maximum dans nos vies  : la Parole nous dit  : «  Priez sans cesse  » 1 Thessaloniciens 5.17 et «  efforcez-vous de conserver l’unité de l’Esprit  » Éphésiens 4.3. Nous devons être particulièrement vigilants sur ces points.  
 
Un disciple en remplacement de Judas est désigné, peut-être cela peut paraitre anecdotique, mais le rôle des disciples de Jésus est fondamental car ils sont les témoins de la vie de Jésus, et ils valident tout ce qu’Il a dit et réalisé pendant son ministère terrestre  ; L’apôtre Jean a dit  : «  en effet, la vie s’est manifestée, nous l’avons vue, nous en sommes témoins, et nous vous l’annonçons, cette vie éternelle qui était auprès du Père et qui s’est manifestée à nous  ». 1 Jean 1.2. Dieu est un Dieu d’ordre qui accomplit son projet suivant le rythme qu’il a préparé, entrons dans ce qu’Il a prévu sans précipitation. Laissons le Saint Esprit nous conduire, même dans les choses les plus banales de notre vie, en restant dans la paix. 
 
Puis arrive le fameux jour de la Pentecôte, jour de fête et de rassemblement. Des foules sont venues de toutes les contrées environnantes pour cette fête importante. Comme cela avait été déjà dit, Dieu a permis que cette foule soit là pour impacter le plus de monde possible. L’épisode décrit est impressionnant, tout est là, la foule, les disciples qui manifestent un parler en langues puissant, ceux qui se moquent, malheureusement toujours actifs. Et l’intervention de Pierre, transformé par ce parler en langues qui intervient avec autorité pour expliquer ce qui se passe  ! 
 
Ensuite vient la description de la vie de cette nouvelle église qui aujourd’hui encore nous interpelle par sa vie, son impact, sa puissance, la communion fraternelle qu’elle connaissait, la réponse aux besoins même matériels, les persécutions qu’elle subit, mais aussi la liberté de ces nouveaux croyants face aux autorités. Elle nous décrive une église idéale que nous espérons tous connaitre.  
 
Sans aucun doute, nous avons assisté à la naissance de l’église. Et celle-ci s’est construite à partir de la réception du Saint Esprit, du baptême du Saint Esprit manifesté par le parler en langues. En toute logique, il est donc plausible de considérer que si le Saint Esprit était à l’origine de l’église, cela doit continuer dans les mêmes conditions pour que l’église continue à prospérer et à porter un témoignage au monde qui l’entoure. 
 
Jésus a annoncé la venue du Saint Esprit dans le chapitre 16 de l’Évangile de Jean. Prenons les versets 7 et 8 de ce chapitre  : 
Au verset 7, Jésus parle d’un consolateur. Il reprend cette pensée dans le verset 13, le Saint Esprit nous conduira dans la vérité. Le Saint Esprit accomplit ici une œuvre dans notre être intérieur, un œuvre de consolation et d’enseignement. 
Au verset 8, le Saint Esprit accomplit une œuvre envers le monde, le convaincre de son péché et de la justice de Dieu. 
 
Nous voyons là la double action du Saint Esprit, d’abord, vers nous-mêmes, dans notre être intérieur, puis vers le monde, afin de l’amener à saisir la révélation du salut. Je crois que nous ne pouvons pas considérer l’une des actions sans l’autre, toutes les deux sont nécessaires et même indispensables.  
Nous verrons les quelques versets qui nous parlent de l’action de Dieu en nous, puis ceux qui nous conduisent au témoignage. Bien sûr les versets sur l’action du Saint Esprit dans la Parole sont très nombreux, nous n’en verrons que quelques-uns. 
 
Le Saint Esprit pour nos vies personnelles  : 
 
2 Timothée 1.7  :  «  En effet, ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse  ».
Trop souvent, nous sommes marqués par la vie que nous avons connue avant notre conversion, notre éducation, nos relation familiales parfois difficiles, nos blessures de l’âme, nos amertumes, et nous avons besoin de guérison. Nous sommes comme l’homme blessé de l’histoire du bon samaritain, et Jésus est celui qui vient nous relever et nous conduire à l’hôtellerie qui est l’église pour que nous soyons soignés. Nous recevons le vin du salut et l’huile du Saint Esprit qui permettent la guérison de notre être intérieur.  
 
Romains 8.13-14  :  «  Si vous vivez en vous conformant à votre nature propre, vous allez mourir, mais si par l’Esprit vous faites mourir les manières d’agir du corps, vous vivrez. En effet, tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu  ».
 
Lors de notre nouvelle naissance, nous devenons fils et filles de Dieu. Cela transforme radicalement la façon dont nous devons vivre nos pensées, nos affections et nos intérêts. Nous cherchons à plaire à Dieu et nous nous mettons à l’écoute de son Saint Esprit, qui veut nous enseigner une nouvelle façon de vivre et de nous conduire, non selon les critères du monde, mais selon les critères de Dieu. 
 
1 Corinthiens 12.13  :  «  En effet, que nous soyons juifs ou grecs, esclaves ou libres, nous avons tous été baptisés dans un même Esprit pour former un seul corps et nous avons tous bu à un seul Esprit  ».
Dans ce combat, nous ne sommes pas seuls, mais Dieu nous a donné une communauté fraternelle qui nous aide à grandir. Lorsque nous venons au culte, il ne s’agit pas seulement d’être enseignés, mais de participer à la vie de la communauté pour être encouragés et fortifiés.
Romains 5.5 nous dit  :  «  L’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint Esprit  qui nous a été donné  ». C’est l’Esprit en nous qui nous donne la possibilité d’aimer nos frères et sœurs et de vivre avec eux une réalité spirituelle à nulle autre pareille. 
 
Le Saint Esprit pour notre témoignage  et le combat spirituel :
 
Actes 1.8  :  «  Vous recevrez une puissance lorsque le Saint Esprit viendra sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie et jusqu’aux extrémités de la terre  ».
Le Saint Esprit fait de nous des témoins dans le monde entier, l’Évangile s’est répandu sur la terre entière.  Mais il y a encore beaucoup à faire. Nous comprenons que nous sommes dans un combat contre les forces du mal qui cherchent à étouffer ce message et à pousser les hommes dans la tromperie et le chaos. Le combat est spirituel et nous ne pouvons lutter avec des armes humaines, mais nous devons revêtir l’armure de Dieu et utiliser l’épée de l’Esprit comme le dit Éphésiens 6.10-17. 
 
Thessaloniciens 1.5  :  «  Notre Évangile ne vous a pas été prêché en paroles seulement, mais avec puissance, avec l’Esprit Saint et avec une pleine conviction  ». Nous avons à faire à des puissances spirituelles, et nous devons combattre avec le Saint Esprit qui nous donne une capacité qui vient de Dieu et qui seule peut lutter contre l’ennemi, qui a été vaincu à la croix. 
 
En conclusion que pouvons-nous dire  : 
 
L’irruption de l’église dans le monde s’est faite avec l’onction du Saint Esprit. Il est donc logique de penser que l’église ne peut vivre que si elle est irriguée par la puissance du Saint Esprit. Nous devons donc tous rechercher cette puissance dans nos vies pour nous guérir des blessures qui nous ont été infligés. 
 
La Pentecôte est aussi le jour de la réception de la Parole, et le livre de Ruth nous rappelle que les païens sont associés au salut que Dieu offre. L’église est donc appelée à diffuser jusqu’au extrémités de la terre ce message de salut en annonçant la Parole et l’Évangile par la puissance du saint Esprit. 
 
Éphésiens 6.12 nous dit  :  «  en effet ce n’est pas contre l’homme que nous avons à lutter mais contre les puissances, contre les autorités, contre les souverains de ce monde de ténèbres, contre les esprits du mal dans les lieux célestes  ».
L’Ancien Testament nous décrit des royaumes terrestres qui vont s’élever contre le règne de Dieu, des royaumes qui se prolongent sous une forme différente aujourd’hui. Mais nous voyons aussi comment l’église primitive a su de développer, se répandre et combattre contre ses puissances avec la force de Saint Esprit. Aujourd’hui, nous sommes dans un monde qui rejette Dieu, qui s’oppose à la volonté de Dieu telle que la Parole nous le montre, qui manipule l’homme, qui cherche à détruire Israël. Un combat est à mener contre ces puissances et nous ne pouvons le faire que si nous sommes revêtus de la force et du discernement du Saint Esprit.  
 
Nous devons donc de toute notre force rechercher le Saint Esprit. L’apôtre Paul nous dit  : «  Aspirez aux dons les meilleurs  ».
Dans le livre des Actes, nous voyons que ceux qui, comme les Samaritains (Actes 8.17), Corneille (Actes 10.45-46), les premiers chrétiens d’Éphèse (Actes 19.3) ont été baptisés du Saint Esprit avaient un cœur préparé après avoir reçu un premier enseignement. Comme les disciples avant la Pentecôte, veillons à être mettre notre vie en ordre pour que le Saint Esprit puisse descendre sur nous avec abondance. Une image qui nous a été partagée et qui est très parlante  : la parabole du semeur nous parle de différents sols  : la semence est la Parole, le sol préparé est notre cœur, et c’est le Saint Esprit qui arrose pour que la croissance puisse se faire dans de bonnes conditions.
 
Soyez bénis
Samuel
 
 
 

 

Classé dans : Vie chrétienne

Mots clés : pentecôte